Soutenance de thèse - Lucile Garçon

 
Réinventer les pommes et les pommes de terre.
Une géographie de la qualité à  l’épreuve des produits ordinaires.

Discipline : Géographie

 

Vendredi 11 septembre 2015, à 13h30
Salle Marc Bloch - ISH
14 avenue Berthelot, 69007 Lyon

 

Jury

M.Gilles Allaire Directeur de recherche émérite, INRA Examinateur
M. Henry Buller Professeur, University of Exeter Rapporteur
Mme Claire Delfosse Professeur, Université Lyon 2 Directrice de thèse
Mme Claire Lamine Ingénieur de recherche, INRA Co-­‐encadrante
Mme Christine Margétic Professeur, Université de Nantes Rapporteur
M.Jean Pluvinage Directeur de recherche émérite, INRA Examinateur

 

Résumé

    Dans un contexte de foisonnement des circuits courts de proximité, les enjeux de qualité invitent à déplacer la focale géographique, de produits spécifiques caractérisés par leur origine, vers des produits ordinaires caractérisés par leur provenance. Se pose alors la question des modalités d’attachement de ces produits ordinaires aux milieux géographiques. À la fois aliments du quotidien et éléments de matériel végétal communs, les pommes et les pommes de terre permettent d’aborder les enjeux de reconnexion entre agriculture et alimentation autour de la notion de système agri-alimentaire territorial. Sur trois espaces de moyenne montagne – en France (Ardèche, Bauges) et en Italie (Ligurie) – cette thèse propose une analyse des trajectoires de dix collectifs passant par des phases de controverses qui les conduisent à se tourner vers des dispositifs de qualification plus souples que les indications géographiques. Conservant des logiques d’enracinement inspirées d’une rhétorique du terroir, ils ne versent pas pour autant dans le modèle des circuits courts de proximité, et maintiennent pour la plupart la question variétale au coeur de leurs préoccupations. La thèse montre que cette dernière ne peut être traitée à l’échelle des territoires qu’à condition d’envisager la production alimentaire de manière intégrée, c’est-à-dire en impliquant une diversité d’acteurs, capables de concevoir dans un même mouvement différentes étapes de qualification, de la gestion du matériel végétal à la consommation des aliments. L’émergence et la viabilisation de tels systèmes agrialimentaires territoriaux ouvrent des débats politiques, et posent la question des modalités de l’action publique pour favoriser de tels dispositifs, dont on observe qu’ils tiennent principalement à des figures et à des lieux de médiation.

 

 

 

Actualités

Derniers ouvrages parus

Prev Next
 Egizio Valceschini, Odile Maeght-Bournay, Pierre Cornu, Recherche agronomique et politique agricole. Jacques Poly, un stratège
Jean Guillemin, Le crédit agricole en Bourgogne
Edouard Lynch - Insurrections paysannes
Pierre Cornu, Odile Maeght-Bournay, Egizio Valceschini - L'histoire de l'INRA