Soutenance de thèse - Clément Arnal

La place et le rôle de l'agriculture à la périphérie des villes moyennes.
Le cas des villes d'Annecy, Bourg-en-Bresse, Montbrison et Roman-sur-Isère

Discipline : Géographie

 

Mercredi 19 septembre 2012, à 14h00
Salle Marc Bloch - Institut des Sciences de l'Homme
14 avenue Berthelot, 69007 Lyon

 

Jury

Christine AUBRY, Agronome, Ingénieur de Recherche INRA, UMR Sadapt, Agroparistech, Rapporteur

Lydia COUDROY DE LILLE, Professeur de géographie, UMR 5600, Université Lyon 2, Examinateur

Claire DELFOSSE, Professeur de Géographie, LER, Université Lyon 2, Directrice

Jean-Charles EDOUARD, Professeur de Géographie, CERAMAC, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, Examinateur

Laurent RIEUTORT,
 Professeur des Universités, CERAMAC, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand 2


Mots clefs

Villes moyennes, agriculture, projets de territoire, projets urbains, proximité géographique, approvisionnement en produits locaux, agroalimentaire, patrimonialisation, publicisation

Résumé

Cette thèse s’appuie sur une enquête de terrain conduite dans quatre villes moyennes de la région Rhône-Alpes : Annecy, Bourg-en-Bresse, Montbrison et Romans-sur-Isère. Ce travail, relevant d’une analyse comparative, souhaite rendre compte des relations complexes et variées entretenues entre les villes moyennes et l’agriculture. Il envisage la manière dont l’agriculture est intégrée aux projets de territoires et aux projets urbains portés par les villes moyennes.
Le lien entre ces villes et l’agriculture repose sur différents éléments : l’approvisionnement en produits locaux, héritage de leur rôle de ville-marché ; la patrimonialisation de l’agriculture, à travers notamment la valorisation des produits du terroir et l’organisation de manifestations « agriculturelles » ; l’agroalimentaire et les services agricoles, expression de la fonction agricole et agroalimentaire de ces villes.
L’agriculture est intégrée à l’image des villes moyennes, et se voit instrumentalisée à des fins identitaires et d’attractivité territoriale. Elle est alors publicisée, donnée à voir aux habitants comme aux touristes, permettant ainsi de qualifier ces villes. Il subsiste toutefois des paradoxes évidents dans le positionnement des collectivités territoriales, entre un discours attentif à l’agriculture et à sa valorisation et une absence de protection du foncier agricole face à un étalement urbain marqué.
Cette thèse contribue, en considérant l’ensemble de ces facteurs, à enrichir la connaissance de la place et du rôle de l’agriculture à la périphérie des villes, et à mettre en lumière les spécificités des villes moyennes à cet égard.
 
 
 

Actualités

Derniers ouvrages parus

Prev Next
 Egizio Valceschini, Odile Maeght-Bournay, Pierre Cornu, Recherche agronomique et politique agricole. Jacques Poly, un stratège
Jean Guillemin, Le crédit agricole en Bourgogne
Edouard Lynch - Insurrections paysannes
Pierre Cornu, Odile Maeght-Bournay, Egizio Valceschini - L'histoire de l'INRA