Soutenance de thèse - Hélène Gibert

Requalification du vignoble du Beaujolais : une approche systémique

Discipline : Géographie

 

Jeudi 20 septembre 2012, à 14h00
Salle Marc Bloch - Institut des Sciences de l'Homme
14 avenue Berthelot, 69007 Lyon

 

Jury

Claire DELFOSSE, Professeur des Universités, LER, Université Lumière, Lyon 2, Directrice

Aparecido LIMA DA SILVA, 
Professeur de l'Université Fédérale de Santa Catarina, Rapporteur

Michel PENEL
, IGPEF, Directeur régional de l’IRSTEA Antony et Nogent-sur-Vernisson

Vincent PIVETEAU, ICPEF, Directeur de l’ENSP, Rapporteur

Laurent RIEUTORT,
 Professeur des Universités, CERAMAC, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand 2

François ROTH
, Directeur-adjoint de l’Union des Vignerons du Beaujolais

Raphaël SCHIRMER, Maître de conférences, ADES UMR 5185, Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3
 

Mots clefs

Vitiviniculture, identité territoriale, gouvernance, construction sociale des terroirs, Beaujolais

Résumé

Le vignoble du Beaujolais est l’un des plus connus au monde : sa notoriété s’est construite autour du Beaujolais nouveau, l’un de ses vins sous AOC permettant de faire découvrir le millésime à venir. Le modèle de développement du Beaujolais, fondé historiquement sur la reconnaissance du lien à l’origine, s’est peu à peu concentré sur ce vin primeur. Il a permis un essor fulgurant de la vitiviniculture locale durant la deuxième moitié du 20e siècle, orchestré par l’ensemble des acteurs de la filière.
Mais au début du 21e siècle, le vignoble du Beaujolais est touché de plein fouet par la crise socio-économique vitivinicole, notamment due à la mondialisation 
de la production et les changements des modes de consommation. Les acteurs locaux réinterrogent alors son modèle de développement : dans ce contexte de mutations, comment faire perdurer le vignoble, sa production, son économie ainsi que les éléments identitaires et les aménités territoriales qu’il génère ? Ils doivent gérer un paradoxe spécifique au Beaujolais : si le nom du vignoble est célèbre à travers le monde entier, sa localisation géographique reste approximative, voire méconnue. Les stratégies mises en place allient ainsi compétitivité sur le marché, reconstruction d’une image liée à l’identité territoriale locale et valorisation de la construction sociale des terroirs. Elles engendrent différentes recompositions : de l’espace de production, des liens avec d’autres territoires de proximité (vignobles et bassins de consommation), mais aussi de la gouvernance du vignoble, passant d’une vision sectorielle à une démarche territoriale associant l’ensemble des acteurs locaux.
L’approche systémique mise en œuvre dans ce travail apporte une vision globale du vignoble du Beaujolais et de ses stratégies de développement. L’étude des discours, de la construction sociale des identités vécue, vendue et perçue ainsi que les jeux d’acteurs de la gouvernance du système vitivinicole sont au cœur des réflexions. La notion de terroir vitivinicole dans toutes ses composantes est réinterrogée, face aux différentes stratégies locales mises en place.

 

Actualités

Derniers ouvrages parus

Prev Next
 Egizio Valceschini, Odile Maeght-Bournay, Pierre Cornu, Recherche agronomique et politique agricole. Jacques Poly, un stratège
Jean Guillemin, Le crédit agricole en Bourgogne
Edouard Lynch - Insurrections paysannes
Pierre Cornu, Odile Maeght-Bournay, Egizio Valceschini - L'histoire de l'INRA