Soutenance de thèse - Thomas Chaffanel

Adaptations et professionnalisation du notariat.
Histoire sociale des notaires dans le Rhône rural au 19e siècle


Discipline : Histoire

Lundi 13 février 2012, à 14h00
à l’Institut des sciences de l’homme (ISH)

salle Marc Bloch, 4e étage
14 avenue Berthelot, 69007 Lyon

 

Jury

Jean-Paul Barrière, Professeur d’histoire, Université de Franche-Comté-Besançon, rapporteur

Claude-Isabelle Brelot, Professeur d’histoire émérite, Université Lumière Lyon 2, examinateur

Jean-Claude Caron, Professeur d’histoire, Université Clermont-Ferrand 2, examinateur

Frédéric Chauvaud, Professeur d’histoire, Université de Poitiers, rapporteur

Jean-Luc Mayaud, Professeur d’histoire, Université Lumière-Lyon 2, directeur de la thèse


Comptant sur votre présence, je vous prie de croire, Madame, Monsieur, chers collègues, chers étudiants, en l’expression de mes salutations cordiales et dévouées,

Jean-Luc Mayaud
Directeur du LER

 

Résumé

Homme de droit, le notaire occupe une place centrale dans la société post-révolutionnaire désormais régie par les dispositions du Code civil. S’ouvrant à l’époque de la loi du 25 ventôse an XI, considérée comme la charte du notariat moderne, cette étude se focalise sur un territoire à dominante rurale : l’arrondissement de Villefranche (Rhône). Au moyen d’une approche prosopographique, elle dresse le portrait d’un groupe de 322 individus à travers leurs origines – tant territoriale, familiale que sociale –, leur fortune personnelle, leur participation à la politique locale et leur mode de vie. Où se situe le notariat des campagnes dans la hiérarchie des bourgeoisies françaises du 19e siècle ? Installé à la tête d’une étude, le notaire exerce des fonctions qui peu à peu s’élargissent au-delà du cadre réglementé par la loi. En travaillant au « ras du sol », devient possible l’analyse de son rôle privilégié en matière de crédit ainsi que de ses pratiques parfois abusives, autant au détriment de la clientèle que de ses confrères. Quant à la professionnalisation du notariat, amorcée au 19e siècle, elle se manifeste sous de multiples formes : formation, durée des carrières, rythme d’activité, esprit de corps naissant. Élément patrimonial, l’office fait l’objet d’une transmission stratégique qui favorise souvent l’interconnaissance familiale – parenté, alliance matrimoniale – ou professionnelle. Prévue par la loi de Ventôse, l’élaboration d’un « réseau notarial » contingenté entraîne la fixation durable des résidences notariales. Les menaces de suppression qui pèsent sur les plus fragiles donnent souvent lieu une forte mobilisation locale conduite par les maires. Fondée sur les dossiers de nomination, les sources classiques de l’histoire sociale mais aussi des matériaux nouveaux – jugements du tribunal civil, archives de la chambre, registres d’archives privées –, cette étude participe à la connaissance encore imparfaite d’une figure de la notabilité dans les campagnes françaises du 19e siècle.

Abstract

Adaptations and professionnalisation of notary’s functions. A social history of notaries in rural Rhône at the 19th century

Lawyer, the notary is in a central position in the post-revolutionary society, now governed by the common law (Civil code) dispositions. Beginning with the 25 ventôse an XI’s law, considered as the modern function of notary charter, this study is focused on a rural territory, the Villefranche district (Rhône, France). By using the prosopographical methods, it draws the portrait of a 322 individuals group, through their territorial, familial and social origins, their personal wealth, their involvment in local policy and their way of life. Where is the function of notary situated in the french upper middle classes hierarchy of the nineteenth century? At the head of an office, the notary’s pratices are growing up beyond the legal framework. By working at the “ras du sol”, the analysis of its special part in credit and of their excesses toward pratice and fellow members become possible. Regarding the professionalization of the function of notary, started in the nineteenth century, it appears in several forms: training, career length, activity rate, budding esprit de corps. Part of the inheritance, the office is the subject of a strategic transmission which offen favour the familial or professional inter-acquaintanceship. Foreseen by the ventôse law, the elaboration of a notarial network with quotas leads to the notarial residence settling in. The office cancellations threats that hangs over the weakest offen cause local mobilizations led by the mayor. Based upon the nomination files, the social history classical sources and new materials – civil trial decisions, chambers documents, private archives –, this study takes part in the knowledge on a emblem of the rural notability of the nineteenth century.

 

 

Actualités

Derniers ouvrages parus

Prev Next
 Egizio Valceschini, Odile Maeght-Bournay, Pierre Cornu, Recherche agronomique et politique agricole. Jacques Poly, un stratège
Jean Guillemin, Le crédit agricole en Bourgogne
Edouard Lynch - Insurrections paysannes
Pierre Cornu, Odile Maeght-Bournay, Egizio Valceschini - L'histoire de l'INRA