Chauveau Hélène

Jeune, culture et requalification des espaces ruraux au Sud du Brésil

Thèse pour le doctorat de géographie
Année d'inscription : 2014
Directrice de thèse : Claire Delfosse
Doctorat en co-tutelle Université Lyon 2 / UFSC (Santa Catarina - Brésil)
Liste des publications/communications cv

Projet de thèse

    Cette thèse s'inscrit dans le cadre d'une thèse en cotutelle débutée en octobre 2014, entre Lyon 2 et l'UFSC au Brésil. L'objectif est de renouveler le regard sur l'évolution du rural, dans un pays où les jeunes ont un rôle croissant et où les campagnes ont une carte à jouer face au vacillement du modèle urbano-centré. En partant vers les villes par émerveillement ou par dépit, en remettant en question les structures culturelles et les sociétés rurales traditionnelles, les modes d’agriculture imposés par la Révolution verte, ou les jeux de domination entre rural et urbain, les jeunes ruraux questionnent le contexte actuel et hybrident des cultures. Pour les jeunes qui vivent en milieu rural, le manque d'opportunités culturelles et de loisirs constitue un enjeu, notamment dans les décisions de migration vers les villes ou celle pour les urbains ou semi-urbains de ne pas envisager la campagne comme une option alternative de vie. Je souhaite donc travailler dans ma thèse sur les jeunes, la culture et la requalification des espaces ruraux dans le sud du Brésil, avec un approfondissement de la notion d'hybridation culturelle et l'accompagnement de jeunes qui se démarquent par leur parcours de vie et leur point de vue sur les actions de politiques publiques, du secteurs privés et de mouvements de la société civile autour de leurs pratiques culturelles.

   Les travaux existants sur la question reposent trop souvent sur des approches mono-thématiques, mono-graphiques et mono-disciplinaires, ce que déplorent les chercheurs actuels. Bien que cela ne remette en aucun cas en cause l'intérêt de tous ces travaux (parmi lesquels ceux de Carneiro, Wanderley, Castro, Spanevello, Aguiar, Brumer, Silvestro, Abramo, Graziano da Silva, Abramovay, Paulilo, et de nos deux directeurs Claire Delfosse et Valmir Stropasolas) cela fait en revanche émerger la nécessité d'un regard à une échelle différente, moins monographique, qui croise davantage les disciplines et traitent de thèmes moins courants, en corrélation les uns avec les autres. Nous espérons donc contribuer, par l'apport d'une thématique rare et son croisement avec des grandes problématiques, par la dynamique comparative et multiscalaire du choix de nos territoires et par le croisement des méthodologies, à la  la connaissance des jeunes ruraux au Sud du Brésil qui constitue à la fois une vraie question de société et une vraie question de recherche.

     La collaboration entre différentes institutions est d'ores et déjà au coeur du projet : le Laboratoire Études Rurales a tissé depuis de nombreuses années des liens avec les acteurs et chercheurs du Sud du Brésil (états de Santa-Catarina et du Rio Grande do Sul) et notamment avec l’Université Fédérale de Florianopolis (à travers des échanges d'étudiants et le programme CAPES-COFECUB) et j'ai moi- même lors de mon Master 2 créé un large réseau intéressé par ces questions sur trois territoires différents de l'État du Santa-Catarina. La thèse se réalise donc en cotutelle entre les deux universités, avec des publications et manifestations scientifiques prévues, et des collaborations avec les Universités de Chapeco, Porto Alegre et Santa-Maria, ainsi qu'avec des institutions non académiques comme le CEOM, le CEPAGRO, l'EPAGRI ou le SESC.