Mettra-Geoffret Mélanie

Le Luberon : invention d'un territoire. L'arrondissement d'Apt de 1850 à nos jours

Thèse pour le doctorat d'histoire
Directeur : Jean-Luc Mayaud
Année d'inscription : 2010
Profession indépendante
Liste des publications/communications pdf

Projet de thèse

Le Luberon n'est pas seulement la région médiatique née de l'éphèmère (à l'aune du temps historique) présence de quelques célébrités. Il est aussi et surtout le fruit d'un long investissement de ses villages et de ses champs par tous les anonymes qui ne transmettent pas une image figée par la prose ou par l'image cinématographique et télévisuelle, mais donnent une âme (au sens de territoire animé, en constante évolution et métamorphose) à ce lieu. L'image du Luberon véhiculée par les films ou les prospectus d'agences immobilières jaunissent et jauniront, tandis que le Luberon en tant que cadre de la vie quotidienne d'une foule d'inconnus continuera à vivre, à s'élaborer.

C'est ce Luberon  qui nous intéresse ici d'étudier. Il ne s'agit pas de chercher dans son histoire des causes, des arguments pour légitimer ou tout au moins expliquer sa position actuelle, mais bien de voir quels choix se sont faits au fil des années, quels chemins ont été pris, à tous les niveaux de la vie locale, et comment la célébrité du Luberon n'était qu'une variable possible de ce cheminement et comment cette variable, au même titre que toutes les autres, continue de construire ce territoire.

Tout comme les archéologues désignent leurs découvertes par ce terme, il me semble que le Luberon d'aujourd'hui est une invention. Il résulte d'une danse à deux entre un territoire qui avait sombré dans l'oubli et un paysage imaginaire auquel la montagne et ses villages laissent la place de se poser.
Le Luberon a été inventé par tous les habitants qui sont venus s'y installer, par ceux qui y ont toujours vécu : ils ont fait resurgir d'authentiques vestiges, puis les ont accommodés à leur rêve.
Il semble judicieux de se demander ce qui pèse aujourd'hui sur l'agriculture et le monde rural, sommé d'être moderne, tout en  préservant et entretenant le rêve intact d'un monde inventé.

 Dans un pas de deux tour à tour discret et flamboyant, les luberonnais du 19ème et du début du 20ème siècle créaient, élaboraient leur territoire, tandis que ceux de la fin du 20ème siècle l'inventent.

A nous d'explorer les choix, les voies empruntées ou non, les chemins de traverse et les grandes routes sillonnées par ces habitants du Luberon depuis 150 ans, qui constituent la trame toujours sur le métier de leur territoire et de leur paysage.