Séminaire LER - Vendredi 10 mars 2017

 

Habiter le rural

 


Salle André Bollier, ISH, 14 avenue Berthelot, Lyon 7e
14h - 16h30


Mélanie Gambino, Maître de conférences en Géographie, 
Université de Toulouse Jean Jaurès, Laboratoire Lisst-Dynamiques Rurales


D
es liens urbain-rural, une analyse par les modes d’habiter

De nombreuses analyses éclairent la complexité du fonctionnement des territoires (Estèbe, 2008 ; Vanier, 2010), de multiples typologies contribuent à faire varier les regards sur ces territoires et sur les catégories spatiales de l’urbain et du rural. L’une des dimensions singulièrement absente dans les représentations des espaces, tant dans les catégories statistiques que dans les discours et documents d’aménagement, concerne les modes d’habiter de plus en plus individualisés, qui pourtant conduisent à brouiller la pertinence des catégories spatiales de rural/périurbain/urbain. Dans le cadre d’un programme de recherche en cours questionne l’évolution des liens entre urbain et rural nous observons particulièrement les pratiques et les modes d’habiter. Je présenterai des premiers résultats qui interrogent la marginalisation du rural dans les représentations dominantes ainsi que dans les pratiques quotidiennes. 


Bouger, aller, venir… que nous disent les mobilités des jeunes dans les territoires ruraux ? 

Dans une démarche de recherche pluridisciplinaire entre la géographie, la sociologie et la psychopathologie, je rendrai compte d’un travail qui s’inscrit dans le long terme au sujet de l’habiter dans les territoires ruraux et des pratiques sociales qui s’y développent, notamment chez les jeunes (Gambino, 2008 ; Desmesure, 2011 ; Sahuc, 2015). Dans cette communication, je traiterai en premier lieu de la diversité des mobilités des jeunes dans les espaces ruraux. Je discuterai ensuite l’hypothèse selon laquelle les contretemps constituent un fil conducteur à cette diversité. Enfin, j’évoquerai les enjeux posés par les mobilités et les contretemps des jeunes notamment dans leur prise en compte dans ce qu’on appelle la dynamique territoriale.